J

Le 5 juillet 2010 à 11:07 - Lu 379 fois - J'ai rencontré Hiro Mashima !! - par ana.

Dissuadée par le tirage au sort de la Japan Expo, j'ai tenté ma chance pour obtenir une place lors de sa conférence au Virgin mégastore des Champs Elysées et bien que souvent perdante à ce genre de chose, j'ai gagné un place au premier rang et une dédicace inédite à la fin !!

En exclusivité pour la Vallée, voici donc des photos de ce moment très sympa et une reprise de la conférence :





Détendu et cool, Hiro Mashima était ponctuel et souriant. Il hochait la tête à chaque traduction des questions et n'a pas bronché devant nos appareils photo !

Première question traditionnelle, est-ce votre première venue en France, Mr Mashima ?
HM : Non, ce n'est pas la première fois que je viens en France.



La première fois, est-ce que vous avez retiré des choses, des inspirations pour vos mangas?

HM : La ville de Paris est vraiment magnifique et effectivement on a beaucoup de vues qui sont proches de Paris dans mes mangas.

Est-ce qu'il y a des monuments en particulier qu'on retrouve dans "Fairy Tail" par exemple?

HM : Oui, Notre Dame de Paris notamment est le modèle de la cathédrale de la ville de Kaldia dans "Fairy Tail".

Bien, une question sur votre formation à présent. Comment êtes-vous devenu mangaka?

HM : c'est venu assez naturellement, je dessinais depuis mon plus jeune âge et un jour j'étais devenu mangaka!

C'est arrivé naturellement mais comment ? En rencontrant des éditeurs? En gagnant un concours ? En devenant assistant ?

HM : En fait, je réalisais des mangas de mon côté donc je les ai envoyé à des éditeurs et j'ai eu beaucoup de chance car l'un d'eux a fait le pari sur mon travail. Je n'ai donc jamais eu à être assistant.

D'accord. Donc vous avez dû copier en partie de grands auteurs. Quels grands auteurs vous ont inspirés?

HM : Mon manga culte quand j'étais enfant c'était "Dragon Ball" et c'est vrai que j'ai beaucoup copié cette série quand j'étais plus jeune.

Selon vous, quelles sont les caractéristiques essentielles pour un manga de qualité ?

HM : Je pense que c'est surtout l'imagination qui est importante pour réussir un bon manga.

J'en profite pour vous poser une question d'un des participants : qu'est-ce qui est le plus difficile entre créer des personnages originaux, une histoire originale et reprendre des personnages et un univers déjà existants comme vous l'avez fait pour "Monster Hunter Orage" ?

HM : C'est vrai que pour "Monster Hunter Orage", il y avait déjà un univers, des personnages et des monstres, des choses très précises à respecter donc peut-être était-ce un peu plus difficile au départ mais par contre j'étais complèrement libre de mettre en avant certains personnages, d'en faire les héros de l'histoire et surtout d'inventer une histoire dans cet univers donc ce fut un grand plaisir aussi.

Avant de faire "Monster Hunter Orage", aviez-vous joué au jeu vidéo ?

HM : Oui, j'étais d'abord un gameur fan du jeu avant de l'adapter.

Les thèmes de la magie, de la fantasy sont très présents dans vos oeuvres, récurrents, quelles sont vos influences, des romans, des séries télé, des films, des jeux vidéos ?

HM : Je suis aussi fan de "Lord of the Ring" que j'ai lu quand j'étais enfant et également des jeux RPG dans lequels apparaissent la magie.

Quel est parmi vos nombreux personnages celui que vous préférez, que vous aimez particulièrement dessiner ?

HM : Sans aucun doute Natsu.

Donc, Natsu, héros de "Fairy Tail", comment vous est venue l'idée de cette série ?

HM : Quand j'étais plus jeune et encore maintenant, j'avais une bande d'amis très importante pour moi, on aimait bien se retrouver pour passer du temps ensemble, faire les fous et je me disais que ce serait bien d'avoir dans le manga, de retrouver cette expérience d'une bande de jeunes qui font les fous, un peu n'importe quoi mais toujours avec beaucoup de bonheur.

Et est-ce que, à l'image de la Guilde de Fairy Tail vous cassiez tout dans les auberges, vous alliez boire des verres ?

HM : (rires) Non, non... Parfois !

Quand même ! C'est du vécu ! On remarque que dans "Fairy Tail" les filles ont un rôle plus important que dans de nombreux shonen, est-ce pour séduire le lectorat féminin?

HM : Bien sûr, j'espère intéresser aussi les lectrices avec mes histoires mais ce n'est pas pour ça. Je sais d'expérience que les femmes peuvent se révéler très fortes et donc c'est motivant d'avoir des personnages très forts et complètements différents dans mes histoires d'où les peronnages féminins.

Toujours concernant "Fairy Tail", on a plus de 20 volumes parus au Japon, en France, le n°13 vient de sortir. Est-ce que vous savez combien de volumes vous voulz faire pour cette série ? Est-ce que vous avez déjà une petite idée de comment l'histoire va finir ?



HM : En fait, le 21ème tome vient de sortir au Japon, j'ai rendu les pages du volume 22 avant de venir en France! Et on n'est pas prêts de terminer l'histoire et pour le moment je n'ai aucune idée de comment elle va se terminer ni quand.

Combient avez-vous d'assistants ?

HM : J'ai 5 assistants.

Quelles sont les qualités requises pour devenir votre assistant ? Apparemment, la jeune fille qui pose cette question voudrait postuler.

HM : Il faut surtout beaucoup d'imagination et un sens artistique assez poussé.

Elle peut vous envoyer son CV avec son book ?

HM : (rires) Avec plaisir !

Le rythme de parution de "Fairy Tail" est soutenu, une vingtaine de pages par semaine, comment s'organise une semaine pour pouvoir rendre ces pages avec votre équipe ?

HM : On travaille sur 6 jours. Alors le lundi est toujours consacré aux réunions pour se mettre d'accord sur ce que l'on va faire dans la semaine puis on se met au travail du mardi au samedi non stop. Le dimanche, souvent je travaille sur d'autres commandes ou parfois je me repose.

Il n'y a pas de vacances ou de semaine de break donc, à la fin de "Fairy Tail", est-ce que vous envisagerez de faire une petite pause ?

HM : C'est vrai que je ne prends pas de vacances prolongées, c'est vraiment un jour par ci par là, par contre, venir en France, voir un autre pays, rencontrer mes fans, pour moi c'est me rafraîchir l'esprit, c'est bienvenu. Oui je pense que je prendrais quelques jours de congé à la fin de "Fairy Tail".

Entre tous ces travaux, est-ce que vous avez eu le temps de suivre la coupe du monde demande l'un des participants ? Et si oui savoir ce que vous penser du parcours de l'équipe nationale du Japon ?

HM : Oui, j'ai suivi certains matchs parce que j'aime bien le foot et par rapport à l'équipe du Japon et bien je suis fier d'elle parce que je pense que, même ça ne s'est pas terminé comme on le souhaitait, ils ont vraiment fait preuve à la fois de force et de courage face aux autres équipes et en particulier face aux équipes européennes. D'ailleurs, l'autre jour, juste en arrivant dans Paris, le premier soir on était dans un restaurant et un voisin de table a pensé que mon éditeur qui est là au premier rang était l'entraîneur de l'équipe parce qu'il lui ressemble ! (rires)

Si vous aimez le football, est-ce que vous envisageriez un jour de faire un manga sportif ?

HM : C'est vrai qu'en regardant les matches, je me disais que ce serait sympa de faire un manga sur le foot...

Ce serait intéressant. Une dernière question de participant : quand pourra t-on voir un art book de vos oeuves ?

HM : on y pense sérieusement depuis quelque temps avec mes éditeurs.

Ca vous intéresserait de participer au design d'un jeu vidéo ?

HM : Oui.

Votre nouvelle série va sortir en France en septembre, "Monster Soul", est-ce que vous pouvez nous en parler un peu ?

HM : Il y a une similitude dans les titres mais là où "Monster Hunter Orage" montre des humains chassant les monstres, "Monster Soul" montre plutôt des monstres qui essayent de se protéger des humains qui les chassent.

Pensez-vous essayer un autre genre, shojo, seinen ?

HM : j'aime tous les genres de manga mais pour le moment, je continue dans le shonen.

Quel super pouvoir aimeriez-vous avoir en ce moment ?

HM : Parler le français (rire général).

Merci beaucoup.

HM : Merci beaucoup (en français).

S'en est suivi la séance de dédicaces, 50 pour les participants à la conférence, 50 pour les premiers arrivés dans la file. Hiro Mashima était appliqué et souriant, une rencontre très agréable même si elle était très courte.











Histoire de vous faire bavez un peu... ^_^

Réagir sur le forum - Revenir en haut