Avis : Tome 1 Bonne Nuit Punpun

Le 16 fevrier 2012 à 15:08 - Lu 370 fois - Avis : Tome 1 Bonne Nuit Punpun - par ana.





Pour ce premier tome de la nouvelle œuvre du talentueux Inio Asano, j’avoue être un peu surprise mais dans le bon sens du terme !



« Bonne Nuit Punpun » est donc une série et non un oneshot avec des histoires courtes autour d’un même thème comme en a l’habitude l’auteur. Non ici, on suit la vie du jeune Punpun, enfant dessiné non comme tel mais comme un oisillon simplifié au maximum et on comprend assez vite que c’est là l’image qu’il se fait de lui-même. Raison aussi pour laquelle ses parents sont comme des versions adultes de cet oiseau grossier alors que tous les autres personnages sont traités avec réalisme. Ce qui ajoute encore à l’impression qu’on regarde à travers les yeux de Punpun c’est que les adultes sont tous grimaçants, ont un faciès repoussant et des attitudes exacerbées.

Ainsi donc, on suit la vie pas si rose du petit Punpun, écolier encore, qui ne comprend pas bien ce qui se passe chez lui, ni pourquoi son père passe ses nerfs sur sa mère. Après tout, ce père est gentil avec lui, peut-être plus que sa maman qui est toujours sur son dos « As-tu lavé tes mains ? As-tu pris ton bain ? » etc…

Et puis, un jour Maman Punpun est hospitalisée, Papa Punpun disparaît et l’enfant se retrouve seul avec son oncle qu’il aime bien. Pourtant, Punpun ne s’inquiète de rien, il ne vit que pour se rapprocher de la jolie Aiko qu’il veut rendre heureuse. Il a le béguin et sait que c’est pour la vie. Punpun est maladroit, aussi naïf que le trait qui le dessine, gentil, timide, il a des copains et ne vit que dans ses rêves de petit garçon.

Pourtant, il grandit et d’abord parce qu’il comprend un peu plus chaque jour ce que cela veut dire aimer Aiko. Ensuite, il grandit physiquement tout simplement et encore une fois Aiko est une clé vers des symptômes adolescents qui le paniquent d’abord beaucoup… Pauvre Punpun, on sourit et même on rit en lisant ses mésaventures d’enfant.

Une enfance pas si facile finalement, ce qui est le propre d’Inio Asano de toute façon et qui fait le charme de sa plume. Un air de certaines histoires de Stephen King aussi, quelque chose à la fin de ce tome m’a rappelé « Stand By Me ».



On sent qu’Inio Asano va nous montrer comment grandi Punpun, comment il percevra le monde au fil des années. Et on a hâte de lire la suite !

Réagir sur le forum - Revenir en haut